MARIE hervé a deux yeux. Mais, comme tous les photographes de talent, elle a surtout un « œil ». Qu’est-ce que c’est un œil ? C’est quelqu’un qui voit ce que vous ne voyez pas. Quelqu’un qui est capable de repérer dans le fouillis du réel, une forme, un motif, une figure, un signe. C’est quelqu’un capable d’inscrire ce signe, cette forme, dans un cadre, c’est-à-dire de composer une image. Elle possède tout ça. Comme tous les bons photographes, elle est un peu peintre : couleurs et textures accrochent l’œil comme sur une toile peinte à l’huile.

Comme tous les bons photographes, elle voyage, parfois très loin, parfois au bas de chez elle. Mais, à chaque fois, elle voit ce que nous ne voyons pas. Et c’est toujours un voyage pour notre œil qui prend plaisir, comme dirait Paul Claudel des toiles des peintres flamands, à « brouter l’image ». Marie a d’ailleurs réalisé des photographies de vaches qui évoquent les plus belles plaques de verre du 19e s. Enjoy !

GEORGES rouzeau

error: Content is protected !!